( 30 octobre, 2015 )

Epousailles avec Champdor : petit rappel historique

En l’an de grâce 1318, le 13ème jour du mois d’août, Jean de Luyrieu affranchit les habitants de Corcelles. Il vend la seigneurie au comte de Savoie pour 2500 écus or (« les aspects financiers ne priment pas forcément mais ça donne à réfléchir »). Le droit de justice est octroyé ainsi que le droit d’établir des foires et marchés, ce qui signifie le droit d’avoir un château, des remparts et de porter le titre de ville (la seule du plateau !).

Le 9 mai 1336, les marchés sont organisés tous les mercredis (on y trouve pêle-mêle des bestiaux divers et variés, des écrivains publics, des colporteurs, des montreurs d’ours, des consultants et quelques bureaux d’études).

1483 : les habitants de Champdor reconnaissent devoir 30 bissieux d’avoine pour pouvoir se retirer derrière les remparts de Corcelles en temps de guerre (on reconnait bien là les Cambots, toujours à chercher à se planquer !) En échange de cette protection, tout Cambot dans la fleur de l’âge et normalement constitué se doit de participer à l’entretien des fossés et aux réparations des murailles de Corcelles (l’équipement était déjà à la pointe !).

En 1500, les Cambots (de très mauvaise foi) en ont ras-le-bol (comme Jean-Paul) et reviennent sur leur engagement, se voyant trainés en justice par les Corcellans. Le « contrat de confiance » est rompu, entrainant le déclin lent et inexorable de la ville qui vacille sur ses fondations.

1672 : les Cambots sont toujours redevables du droit de guet selon un arbitrage rendu en faveur du baron de Corcelles, Prosper de Michaud (dont un descendant en ligne directe finira à la grande époque dans les bois de l’équipe de sixte de Champdor, le traître !).

Pour être tout à fait honnête, il convient de préciser qu’en 1758, les habitants de Champdor payaient toujours 100 livres d’argent viennois pour l’entretien du château de Corcelles déjà ruiné depuis quelques décennies par l’architecte-conseil Biron (la loi Châtel n’ayant pas encore été votée, un contrat est un contrat).

Bien plus récemment, les bergers de Corcelles n’ont-ils pas étrillé ceux de Champdor et arrangé leurs bergères ?!

Et que dire de cette légende qui veut que les Corcellans se mettent à trois pour payer un canon ?

Les opprimés de l’époque seront-ils les décideurs de demain ? Il faut bien avouer que la logique serait respectée, bien que ça fasse un petit peu mal au séant.

Conserver deux mairies, deux maires, deux conseils municipaux et d’autres doublons encore, sont-ce là de réelles mesures d’économie ?

Pourra-t-on enfin mettre un terme à 500 ans de bisbille ?

 

Définitions :

- Dotation : transfert d’impôts de la poche de droite vers la poche de gauche, le contribuable pensant bénéficier des largesses du pouvoir.

- Canon : rien à voir avec le « chemin des dames ». Quelques exemples : un canon de vin pur, passer boire un canon.

(Ne pas confondre avec draguer un canon au baloche.)

§

Image de prévisualisation YouTube

§

- Arranger : verbe du premier groupe. Procéder à un corps à corps à la sortie du même baloche.

- Séant : mot d’argot signifiant « derche ». Exemple : au tournoi de sixte on a gagné les doigts dans le nez, on a perdu les doigts dans le séant.

 

Image de prévisualisation YouTube
( 11 avril, 2015 )

Entraide et solidarité

N’ayant subi aucun dommage dû à la cyber attaque des radicaux « de gauche », Corcelles2014 est en mesure de donner quelques nouvelles fraîches, bien qu’il n’y ait pas grand chose de neuf sous le soleil d’avril.

L’hiver a été « salé », avec beaucoup de neige mouillée entrainant des difficultés pour les plus vulnérables d’entre nous.

Suite à une demande à la commune d’une assistance temporaire par un administré âgé plus tout-à-fait leste (toujours bien assez pour payer ses impôts), le conseil municipal a répondu niet, le priant de se rapprocher de ses voisins pour lui donner le coup de main souhaité ou d’une entreprise que ledit conseil se ferait un plaisir de lui recommander.

§

Image de prévisualisation YouTube

§

Or, il se trouve que l’employé communal serait sollicité tous les hivers par le premier magistrat pour dégager et faciliter l’accès d’une place privée à Ferrières.

§

Image de prévisualisation YouTube

§

Pourquoi le voisin n’interviendrait-il pas lui-même ? Le maniement de la pelle serait-il incompatible avec son statut ? Nous pensons plutôt qu’il y a deux poids deux mesures et qu’à Corcelles il faut savoir voter correctement.

Rendez-vous au prochain abus de petit pouvoir qui fait les petits hommes. On dit aussi bravo à toute l’équipe. « Pas de polémique ! »

Image de prévisualisation YouTube

( 25 janvier, 2015 )

La Corcelles plus net : bulletin d’informations officieux

C’est avec une satisfaction non dissimulée que nous avons reçu après Noël, avec un léger temps de retard, la nouvelle Corcel’ettre, attendue comme le messie. Peut-être a-t-elle été rédigée à la lumière d’une bougie dans une étable du côté de Bethléem ?

- État civil : en équilibre parfait, comme le budget : une naissance, un mariage, un décès.

- École : avec, comme toujours, le respect de la laïcité (voir définition).

- La forêt : 15 lots d’affouage pour un montant de 4751,80 euros, soit 316,78 euros par lot sans compter la prestation de l’ONF, secret communal.

A propos des bois d’affouage, ne serait-il pas plus approprié de réactualiser l’ancien système de marquage des lots par la commission des forêts, compte tenu du fait que le bois avance et tombera bientôt directement dans les chaudières des administrés ? Le loup des Abruzes va-t-il bientôt réapparaître dans nos contrées ?

 Au sujet des coupes de bois de parcelle non soumise au régime forestier d’environ 300 m3, c’est bien. Mais, 2800 euros de prestation ONF (prestation d’orfèvre), alors que nous avons une commission des forêts incluant la totalité du conseil municipal, c’est de l’enc…rie. Cette commission devrait être en mesure d’éviter ces frais en procédant elle-même au marquage des bois de ces parcelles et particulièrement des lots de bois d’affouage. Encore faudrait-il qu’elle en soit capable ! La gestion de la PME communale est bien aléatoire.

Est-ce la peur de convoyer ces grumes de résineux partant pour la scierie (voir définition plus bas) par les temps qui courent qui ont déchargé le conseil municipal de ses responsabilités ?

 - Réclamations : aux dires de beaucoup d’anciens (70 ans révolu), le colis CCAS est fade et nécessiterait plus de fantaisies. Suggestions entendues ici ou là : sex-toy, lubrifiants, via gras (voir définition), préservatifs (continuons quand même à nous protéger !).

Ces réflexions c’est bien, mais ça ne volent quand même pas très haut !

- Relevé des compteurs impasse de Fleyron : on ne pensait pas que la mafia irait jusque là !

- Forages pétroliers : les élus de la communauté de communes du Haut Bugey, ainsi que ceux de la communauté de communes du plateau d’Hauteville, sont maintenant résolument contre les projets de forages pétroliers. La municipalité de Corcelles est contre, elle aussi. Rappelons qu’à la première demande de l’entreprise Celtic Pétroleum, le maire et consort s’étaient empressés de mettre un terrain communal à sa disposition. Heureusement que la vindicte populaire et le fameux papillon (voir Natura 2000) leur a permis de retourner leur veste sans trop de déchirures. A la prochaine occasion, ils retourneront leur pantalon.

&

Image de prévisualisation YouTube

&

 - La fête des bûcherons (au rayonnement international) : les chefs d’État en parlaient encore au dernier Forum de Davos : 500 personnes selon la police, 1000 personnes selon les organisateurs, 3000 selon le nombre de voitures garées.

- Suite aux recommandations de l’agence régionale de l’eau et de la préfecture, les élus, le doigt sur la couture du pantalon, se voient dans l’obligation de modifier les tarifs de l’eau, ceci afin de bénéficier de subventions futures pour la réalisation de travaux. Partant du principe, claironné par la municipalité, que le réseau est en parfait état, pourquoi aurions-nous besoin d’aides financières en fait toujours payées par les bénéficiaires ?

Travaux saisonniers : éparage (voir définition).

Quant aux points à temps manuel de 17688 euros, qui comme chacun le sait est une technique qui a pour objet la réparation du revêtement des chaussées, ces entretiens ne durent malheureusement que le temps d’une rose et sont à refaire chaque année. A ce prix là, ne serait-il pas plus judicieux de faire de la rénovation par tranches et non pas du rafistolage ? Et, soyons fous, profitons-en pour inclure la réfection des réseaux d’eau et d’assainissements, ainsi que l’enfouissement des réseaux secs. Ceci pour l’ensemble du village, y compris pour la rue des ânes (qui n’a eu que la peinture…).

- ATTENTION ! : après les fêtes de fin d’année bien arrosées avec viandes en sauce et chablis, les flatulences au gaz méthane, qui compromettent la couche d’ozone, ne se voient pas mais malheureusement se sentent ! On en prend plus avec le nez qu’avec une pelle ! Les nouvelles normes BBC vous obligent à bien aérer vos habitations. Et n’oubliez pas également de vous faire ramoner au moins une fois par an (et plus si affinités…).

- Services de proximités : radars pédagogiques, crématorium, eau courante au cimetière.

Le mot de la fin : conservons notre bonne humeur, donnons libre court à notre joie coutumière et pour le banquet du 11 novembre, « buvons, chantons, faisons grand bruit et qu’au matin la belle aurore nous trouve ensemble tous encore. »

Profite lapin, profite !

&

Une bonne année. Nous sommes tous des charlots !

&

Définitions :

  • Bulletin officiel : explication de texte. Opération d’intoxication consistant à occulter certains chiffres gênants (factures finales de travaux divers et variés) et à ramener toujours les mêmes rengaines sur le tapis : réserve incendie de Cléon, adduction d’eau de La Chenalette, traitement des eaux de Ferrières, etc.
  • Laïcité : opérations consistant à crucifier l’hérétique ne respectant pas la pensée unique.

  • Scierie : entreprise industrielle chargée de la transformation du bois d’œuvre et non pas de réceptionner des djihadistes patentés en mal de croisades.

  • Via gras : à ne pas confondre avec Via Appia.

  • Eparage des haies sur les chemins vicinaux et plus parce qu’affinité : opération consistant à faire exécuter par l’employé communal, avec le matériel communal, l’entretien des haies de certains en remerciement d’une bonne action (esprit de corps à l’occasion d’une élection, etc.)

( 30 novembre, 2014 )

Lettre ouverte au père Noël

Image de prévisualisation YouTube

§

Cher père Noël,

J’espère que tu te portes bien, toi, la mère Noël et toute ta smala. On te remercie d’abord pour toutes ces bonnes choses que tu nous as apportées le long de cette belle année 2014 et qui nous ont bien fait plaisir.

Bien-sûr il y a des mécontents, mais peut-on satisfaire tout le monde ? A la question peut-on satisfaire tout le monde, la réponse est bien évidemment non. Serait-ce bien raisonnable de trainer l’ensemble de la populace au dîner en l’honneur des poilus de 14-18 ? Bien-sûr que non, il ne faut pas déconner !

Est-il souhaitable de calmer les fous du volant je vous le demande. Les radars « pas très logiques » suffisent amplement, du moment que les hameaux sont épargnés. Ah j’oubliais que dorénavant et à peu de frais, « l’eau pure » coule enfin dans toutes les mechtas. Merci encore !

Pour 2015, pourrais-tu nous apporter la deuxième « Corcelles lettre », attendue comme le Messie (pas le footballeur) (« Messi, il est bon Messi ! »), aussi grandiloquente que la première ?

On ne veut pas trop demander, il faut en laisser aussi à nos voisins : piscine qui fuit et autres pièges à cons touristiques…

Ne te fatigue pas pour nous arroser de subventions, déjà, on n’aime pas ça et ensuite ce n’est pas toi qui va supporter l’impression fiscale. De toute façon, chez nous, « tout est neuf ! »

Au revoir père Noël et au 25 !

Les collectif des ânes brayant

PS : Vu que l’on est pas gourmand, on ne prévoit qu’un petit soulier. Ah, on allait oublier, fais attention à tes fringues, on n’a pas ramoné !

§

Image de prévisualisation YouTube

12345...11
Page Suivante »
|